Quid de l’ISL (Impôt Synthétique Libératoire)

Laisser un commentaire
Economie, Société

L’ISL (Impôt Synthétique Libératoire) est un impôt qui vient d’être créé et qui concerne les professions libérales. Le paiement de cet impôt est libératoire de tous les autres impôts des professions libérales jusqu’ici perçus par l’administration [ndlr : un impôt libératoire est un impôt que le contribuable peut choisir de payer à la place de l’impôt sur les revenus de sa profession].

Exemples d’imposition pour l’ISL :
– Un cyber café avec jusqu’à 3 postes clients devra s’acquitter de 1.100.000 fcfa / an et par poste client; soit un total de 3.300.000 fcfa / an. A partir de 4 postes clients, l’ISL est de 1.400.000 fcfa / an et par poste client.
– Un(e) commerçant(e) en vrac et ambulant(e) devra s’acquitter de 800.000 fcfa / an.
– Un(e) vendeur(se) de brochettes : 1.000.000 fcfa / an.

Vous pouvez consulter et télécharger le communiqué sur l’ISL en cliquant ici .

Ce nouvel impôt suscite déjà la polémique. En effet, proportionnellement aux revenus imposés des professions concernées, son coût est jugé très élevé et ne permettrait pas à l’activité libérale d’être rentable ou d’avoir des marges intéressantes pour générer des bénéfices. La finalité semble être de fait l’augmentation des tarifs, ce qui aura une répercussion directe sur le pouvoir d’achat des consommateurs.

Il se pose également un autre problème : celui de la déclaration de ces revenus et chiffres d’affaires ainsi que le prélèvement dudit impôt. Pour ce qui est de leur identification et de leur enregistrement, on suppose que la DGI a déjà résolu le point relatif aux professionnels libéraux. Comment les revenus de ces activités seront-ils déclarés et leur ISL acquitté ? Comment s’assurer de leur exactitude et que les professionnels libéraux s’acquittent effectivement de leur ISL ? Au vu du faible taux de bancarisation au Gabon, les populations utilisant très peu les services bancaires, on imagine difficilement un prélèvement direct sur le compte en banque.

Néanmoins, ce nouvel impôt constitue une source de revenus supplémentaires pour l’État et l’on peut dès lors espérer qu’ils serviront à la réalisation de nombreux projets visant à améliorer le niveau de vie des populations gabonaises.

Publicités
Publié par

Observatrice silencieuse, je relate aussi fidèlement que possible ce que j'observe.

Ton avis compte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s