L’entrepreneuriat au Gabon 5/5 – ETOUNE SOLEIL

1 commentaire
Amazing people, Société

Vous pouvez retrouver les précédents articles du dossier : Partie 1 / Partie 2 / Partie 3 / Partie 4

Nous terminons notre série de témoignages sur l’entrepreneuriat au Gabon avec le projet ETOUNE SOLEIL. Pour notre dernière partie, nous avons discuté avec Andrée N. O., co-fondatrice d’ETOUNE SOLEIL.

Etoune 4

A propos de son parcours :

Bonjour Orema-g ! Je m’appelle Andrée NSOURE OBAME et je suis en master QHSE à l’Institut Supérieur d’Ingénierie de Libreville. J’ai précédemment eu un DUT en Chimie mais je vous avoue que l’idée de passer ma vie seule dans un laboratoire, à parler avec des éprouvettes ne m’enchantait pas (rire). Je suis actuellement en stage dans une entreprise de BTP, sur le chantier de construction d’un centre hospitalier universitaire. Je vous avoue que c’est pas tous les jours évident. J’ai des journées qui commencent à 7H30 et qui finissent a 21H30. Et vu que je suis sur un chantier de construction je suis exposée aux conditions climatiques toute la journée ce qui est vraiment épuisant mais vous savez quoi, non seulement je prend du plaisir moi même en faisant ces bijoux mais surtout je suis beaucoup plus productive la nuit ! Quand je m’y met je vois pas les heures passer et je me retrouve a passer des nuits de 3-4h. Le lendemain je peste contre moi même mais il suffit que je rattrape tout ce sommeil la nuit venue. Sans oublier que je ne suis pas seule ! Ma soeur a des horaires moins prenant donc elle travaille de son coté aussi.

Accessoirement je travaille sur un projet éducatif sur l’environnement mais ça c’est une autre histoire ! Il est encore au stade embryonnaire mais j’y tiens tellement que j’essaye de bosser dessus autant que je peux. Pour faire simple, nous avons tous, de part nos activités quotidiennes, aussi bien professionnelles que personnelles, un rôle à jouer dans la protection de l’environnement. Si l’on agit tous de manière locale (comprenez dans sa maison, dans son quartier), le ressenti sera global (dans la ville, dans le pays). Il faut donc que chacun d’entre nous s’implique fortement. Je pense particulièrement aux plus jeunes qui très souvent, manquent d’informations et copient mécaniquement les mauvaises habitudes des plus âgés. C’est pour ça que je travaille sur des supports qui pourront être utiliser afin de participer à une éducation des enfants dans le respect de l’environnement.

etoune 1

A propos des démarches qu’elle a dû entreprendre :

Etoune Soleil ou comment mettre des rayons de soleil dans son quotidien ! C’est ce que ma sœur Kelly et moi disons à chaque fois qu’on nous demande ce qu’est Etoune Soleil. Il s’agit de différents accessoires (bracelets, boucles d’oreille, colliers, etc.), essentiellement féminin pour le moment, en pagne. Pour l’instant nous ne sommes pas encore enregistrés en tant que PME du fait de la lenteur administrative mais nous sommes en train de réunir les documents exigés par la Chambre des Commerces du Gabon.

Il y a d’abord la motivation pour fabriquer ces accessoires. Ayant un style vestimentaire plutôt sobre, voir sombre, les bijoux que nous fabriquions servait à y mettre un peu de couleurs, un peu de vie, un peu de gaieté. En plus en rentrant au Gabon il s’est créé en moi un véritable désir d’alliance de cultures. On a (malheureusement pour moi) une éducation très occidentale et cela se ressent dans beaucoup d’aspects : les goûts alimentaires, vestimentaires, musicaux, la façon de s’exprimer etc. J’avais envie d’apprendre plus sur mes origines, sur ma culture, et j’avais envie de l’intégrer dans ma vie de tous les jours. Je sais que ça fait super cliché dit comme ça mais c’est la vérité. A coté de ça, je voulais l’intégrer mais de manière subtile. Les accessoires et le pagne étaient juste LA bonne association.

Ensuite la motivation pour passer au stade de commercialiser nos produits. On pourrait dire qu’on a juste surfé sur la vague du succès du pagne et de ses motifs super colorés qu’on appelle par abus de langage le wax. Faut dire qu’au départ ma sœur et moi ne faisions des bijoux que pour nous même. A chaque fois que l’une d’entre nous sortait, elle était arrêtée dans la rue pour savoir la provenance des bijoux portés. Et quand on répondait que c’était du fait – maison la réaction était toujours la même : vendez-les ! Au début on en rigolait mais avec le temps et l’insistance de certaines personnes on s’est dit pourquoi pas ?

etoune 2

A propos des victoires et des obstacles :

Des obstacles ? Pour l’instant pas de très gros. J’ai juste dû revoir un peu ma cible. Au départ on voulait vraiment que tout le monde adhère à notre idée de mettre une touche colorée, africaine dans le quotidien. Ce sont des accessoires pour les jeunes et les moins jeunes, qui apportent de la fraicheur et du peps dans un look. Pour l’instant les plus réceptifs à ce que nous proposons sont les communautés européennes sur le territoire et la diaspora. J’espère vraiment qu’avec le temps la demande sera plus grande du côté des locaux.

A coté de ça nous avons vraiment eu de très belles expériences en peu de temps. Nous avons participé à un événement organisé par un géant Pétrolier dans le but de récolter des fonds pour une association caritative à Port-Gentil. Nous avons aussi participé à la première édition du Festival Bantu Esthetik ce qui nous a valu un article dans le magazine panafricain Amina ! Une de mes plus belles victoires, et la première de l’année, est le fait d’avoir pu entrer en contact avec des célébrités locales qui veulent être ambassadeurs d’Etoune Soleil !

A propos de sa vie d’entrepreneure au féminin

Le fait d’être des femmes ne pose aucun problème pour le secteur dans lequel nous évoluons. Nous avons un total soutien de nos proches. Je m’en suis rendue compte quand mon père a arrêté de râler parce que j’envahissais / transformais sa salle à manger en atelier de couture  (rire)! A vrai dire, ils sont tellement impliqués et enthousiastes que ça rajoute parfois de la pression. Mais ça reste une bonne pression, le genre qui te donne envie de faire de ton mieux pour ne pas décevoir.

etoune 3 bis

A propos des afro-sceptiques et afro-optimistes :

Le slogan « Africa is the future » résume ma pensée. Lorsque l’on a vécu quelques années, voir toute sa vie « ailleurs », et que l’on rentre chez soi, je parle bien de la plus part des pays d’Afrique Subsaharienne, on est choqué par le contraste et tout ce qui nous vient à l’esprit c’est tout ce qu’on avait et qu’on n’a plus. On part dans une litanie de plaintes et de critiques sans fin. Mais ce qu’il faut comprendre c’est que tout ce qu’on se plaint de ne pas avoir est une opportunité. Une opportunité de faire évoluer, une opportunité d’innover, une opportunité d’apporter quelque chose à son pays. L’Afrique est un terrain quasi-vierge à conquérir. Et vu tout ce qu’il manque, non seulement il y a matière à travailler, mais en plus il y a matière à travailler pour tous !

Pour ce qui est des situations politiques et des frustrations sociales, en plus des secteurs qui eux même peuvent être sujets à investissement et innovation, je reste persuadée que rester « ailleurs » (pour ceux qui y sont) ou fuir (pour ceux qui comptent le faire) ne résoudra jamais les problèmes. De plus, si il n’y avait vraiment pas d’espoir en Afrique demandez vous ce qui suscite toujours autant l’intérêt des occidentaux pour notre cher continent.

L’Afrique est un magnifique continent, pour lequel il y a tant à faire. Seulement il ne s’agit pas toujours de choses « pas faites » mais aussi de choses « mal faites ». Le plus grand combat qu’il y a à mener concerne les mentalités et les (mauvaises) habitudes. Les choses ne sont pas toujours faciles à obtenir, même quand vous estimez qu’il s’agit de choses basiques. Patience et acharnement doivent être vos principales qualités. Ne lâchez rien et ne vous laissez pas corrompre par ces mauvaises habitudes. Mon conseil à toutes et à tous : ne négligez pas le relationnel. Jamais.

Plus d’informations :

Page Facebook : ETOUNE SOLEIL

Instagram : Etoune_Soleil

Mail : etounesoleil@gmail.com

Tél : +241 07 53 13 49

Publicités
Publié par

Observatrice silencieuse, je relate aussi fidèlement que possible ce que j'observe.

One thought on “L’entrepreneuriat au Gabon 5/5 – ETOUNE SOLEIL”

  1. Pingback: Sororité, estime de soi et solidarité féminine – De l’importance de se soutenir entre Femmes – Andrésia MEGNENG

Ton avis compte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s