Accompagner « Bébé, du ventre au panier »

1 commentaire
Amazing people, Société

Il est toujours assez spectaculaire et déchirant de tristesse de découvrir dans une poubelle ou un sac abandonné, le corps sans vie d’un nouveau-né. Pour les plus « chanceux », ils sont toujours vivants mais sont en hypothermie ou affamés. Bien que le problème doive être résolu au amont – éducation, prévention et contraception -, ces êtres innocents méritent mieux comme départ dans la vie.

Et c’est ce que tente de faire NZIGOU Dja-Tsingue avec son initiative salutaire « Bébé, du ventre au panier ». Nous avons pu discuter avec cette porteuse de projet à encourager afin d’en savoir un peu plus sur son initiative.

Orema-g : Pouvez-vous vous présenter ?

Dja tsingueDja-Ntsingue : Je m’appelle NZIGOU Dja-Tsingue, je suis éducatrice spécialisée dans une Cité de l’Enfance dans les Hauts de Seine en Ile-de-France. J’ai 33 ans, mariée avec des enfants.

Orema-g : En quoi consiste votre projet «Bébé, du ventre au panier» ?

Dja-Ntsingue : L’idée du projet en lui-même est, de laisser à des personnes (mères, ou tiers), l’opportunité de déposer l’enfant à la porte de l’établissement, à n’importe quel moment du jour ou de la nuit, dans un panier prévu à cet effet. Puis, de signaler la présence de l’enfant en sonnant à la cloche du bâtiment. Il serait souhaitable, qu’au moment où l’enfant est confié aux services de l’association, un nom et prénom lui soient attribué, afin qu’en retournant dans sa famille, il ait connaissance de son histoire et de ses origines. Aussi, un fascicule est disponible pour expliquer à la personne comment récupérer l’enfant si elle change d’avis.

De ce fait, il est important de préciser que pour l’intérêt de l’enfant est primordial. Ainsi, un parent qui souhaite retrouver son enfant ne sera en aucune façon questionné sur les raisons qui l’auraient incité à « laisser » l’enfant. L’association ne se fait ni juge, ni partie, car, l’importance est de permettre à des parents de pouvoir restaurer et réparer une histoire familiale décousue. A cet effet, en cas de retour en famille, les professionnels auront à l’esprit d’interroger le(s) parent(s) sur sa possibilité d’apporter à l’enfant suffisamment de moyens nécessaires à son bien-être, sa sécurité, son évolution.

Par ailleurs, en cas d’adoption de l’enfant, la famille ne pourra plus prétendre à ses droits. En effet, la protection et l’accueil de mineurs et jeunes majeurs impliquent de devoir répondre à leurs besoins et attentes. Il s’agit alors de devoir mettre à leur disposition des moyens matériels et humains qui sachent répondre à leurs préoccupations. De même, il faudrait pouvoir tenir compte de la réalité culturelle du pays, afin de ne devoir répondre qu’à des difficultés concrètes.

Orema-g : Expliquez aussi le principe du concours et comment voter. Pour quelle(s) raison(s) et comment comptez-vous mettre en place ce projet ?

Dja-Tsingue : J’ai eu vent de ce concours de façon tardive, mais en m’inscrivant, j’ai pu me rendre compte que plusieurs étaient touchées par ce que je présente de façon succincte. Les personnes qui le souhaitent, doivent cliquer sur le lien : www.atelierdesreves.fr/bebe-du-ventre-au-panier et valider leur vote. Elles peuvent également partager le lien.
Le concours est organisé par une société de jeux française et est divisé en 3 catégories : professionnelle, passion et solidaire (c’est dans cette catégorie que je me suis inscrite).

votes dja-tsingue

Ce concours est organisé par la Française Des Jeux (FDJ) et permettra aux rêves ayant obtenu au moins 100 votes dans chaque catégorie de remporter un financement de 20.000€ (environ 13 millions de FCFA) pour faire de leur rêve une réalité. Seul bémol : le concours est ouvert jusqu’au 26 octobre et seuls les personnes résidant en France peuvent voter. Néanmoins, si vous vivez ailleurs qu’en France, vous pouvez toujours partager avec des personnes qui peuvent voter en France. Plus que 2 jours pour aider cette porteuse de projet ! Nous avons déjà voté et espérons que vous le ferez aussi.

Vous pourrez retrouver prochainement l’interview complète de NZIGOU Dja-Tsingue sur le site de notre partenaire DevBuilders.

Publicités
Publié par

Observatrice silencieuse, je relate aussi fidèlement que possible ce que j'observe.

One thought on “Accompagner « Bébé, du ventre au panier »”

  1. Pingback: Projet « Du ventre au panier , pour lutter contre l’abandon des nouveaux-nés au Gabon | «Devbuilders

Ton avis compte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s